google

Google Chrome: a new OS War

Not browser, OS.  More about that in a moment.
.
But, first, our kind, venture capitalists, loves disruption. When the established companies take too much room on the Petri dish, there is no way for a new bacterium to prosper.  When a Microsoft dominates a market, to pick a random example, launching a competitor becomes prohibitively expensive.  We love to see the economy move to virgin territories or to watch technology (or the law) weaken dominant players.
.
So, what’s not to like about Google’s new browser possibly weakening Microsoft’s position?  Possibly again, we could be trading one Microsoft for a new one, Google, for another black hole of a company sucking in all the business models coming into its orbit.

.
With this out of the way, let’s take a closer look at Chrome.
.
I
f you have the time and inclination, you might want to read Steven Levy’s story in Wired, or CNET’s shorter but insightful article, Why Google Chrome?  Fast browsing = $$$$.  I also like Niall Kennedy’s blog post: The story behind Google Chrome and, lastly, a refutation of the unavoidable conspiracy theories: When does Google Chrome talks to google.com? As I write this, a Google Chrome search returns close to 13 million results…
.

Back to the OS question. As early as 1994, Marc Andreesen, of Netscape fame, said The browser is the OS.  Many, yours truly included, thought the statement was both technically flawed and self-serving: Marc was one of the authors of the Navigator browser.  In 2008, Sergey Brin repeats the mantra.  Like Marc, he’s technically wrong but existentially correct in the most important of ways, the ways of business wars.  Like Marc, Sergey knows the role, the power, the weight of the (now) underlying OS.  The operating system juggles tasks, manages hardware and software resources such as memory and input/output devices.  With processors executing one instruction at any given instant, the operating system manages the illusion of many concurrent activities, downloading videos, getting email, Instant Messaging, playing music and getting pictures out of a digital camera.  For the applications programmer, the OS is the genie right under the water’s surface.  Wherever the coder sets foot, the genie is right under there, making sure the techie walks on water.
.

And, ask Microsoft, not if the OS matters, but what happens when OS trouble happens, when Vista misfires.
.
But Mark and Sergey are right, we have entered a new era, Cloud Computing and yet, the lessons of the desktop age are not forgotten. Going back to the application programmer’s feet staying dry, Microsoft played and won the game of tying the OS and the applications.  Windows programmers make sure Microsoft Office programmers have what they need.  Sometimes, this happens at the expense of competitors who can’t always have access to the same technical information, either at all, or in a timely fashion.  At the very start of the Internet era, Microsoft sees what they need to do, again, tie the browser and the OS.  This gives Microsoft control of Internet applications because these need to comply with the dominant browser from the dominant OS and office applications supplier.  Internet Explorer, free and tied, kills Netscape Navigator.  Microsoft spends time and money in various courts around the world but appears to have won that battle.
.
But, in September 1998, Google starts and quickly rises to its dominant position in search and advertising. In parallel, a non-profit foundation, Mozilla, resurrects Navigator as the Open Source Firefox browser.  Most of us like Firefox: free, good and getting better with every version, available on Windows, Linux and Macs.  Not tied to Microsoft or Apple.  In our happiness, we paid little attention to Mozilla’s ties to Google, financial ties, millions of dollars, $66.8 millions in 2006, to be exact.  A 26 percent increase over 2006, with little reason to think the progression stopped in 2007.  That revenue is mostly referral money generated each time we use the Google search box in Firefox.  In other words, Google cleverly financed a Microsoft (Explorer) and Apple (Safari) competitor.  A successful one: recent browser statistics credit Firefox with 43.7% share versus Explorer versions totaling 50.6%.  Too successful, perhaps.  Assuming more than $80 millions paid to Mozilla for “traffic acquisition costs”, a fraction of that easily pays for the engineers and parasites needed to write decent browser code.  That would be a make vs. buy argument.  And that would be the wrong one.
.
Google’s decision to ‘roll its own’ is based on the strategic requirement to provide its Cloud Computing applications with their own, controlled, under the water genie. Cynics will say Google is playing the Microsoft game of exacting monopoly profits by tying the new OS, the browser, with the new era applications.  But, there are several twists to that analogy.
.
First, Chrome is an Open Source browser. Anyone can inspect and use the code for their own work.  In the first place, Chrome is based on the Open Source Webkit also used by Apple’s Safari.  One significant improvement brought by Chrome is the V8 Javascript rendering engine.  Anyone can take the code and use it in their own work – as long as the Open Source licensing is enforced.  Will this cause Apple or Microsoft to Open Source their browsers?
.
Second, focusing on Javascript, Google makes another strategic decision, a good one in my view. Over time, browsers have become more complex as they need to deliver richer, livelier applications ranging from spreadsheets to games, from video to music or PDF documents.  Adobe now promotes a platform called AIR, working ‘above’ all desktop OS and purporting to be the engine of choice to deliver ‘Rich Internet Applications’, their words for Cloud Computing.
.
Not to be left behind, Microsoft comes up with their own ‘cross-platform platform’, Silverlight for the same new era target. There’s even a third-party Silverlight version for Linux being developed, with some difficulties, by a Linux advocate no less.  Why would Novell’s VP of Engineering, Miguel de Icaza help Microsoft?  I forgot, Microsoft just bought another $100 million of Linux ‘support vouchers’ from Novell.
.
Now, if you are Google, will you let Adobe or Microsoft design and constantly modify the genie under the water for your Cloud Computing applications?  Not if you want to control your destiny, not if that destiny is to ‘lead’, to stay Number One.
.
Javascript’s it is and we have our own V8 engine for it.
.
Today’s beta version looks good to some, and is panned by others. As the new fashion of perpetual betas dictates, see Gmail, we can expect a steady stream of improvements.  More interesting will be watching if and how Google plays the tying game, how it uses Chrome to give its email or photo editing programs features not available on other browsers or speed they can’t match.  And if, how Google one day manages to make money with these applications, the old fashion way, by charging real money for their use.  We VC would like to see that.  For us, ‘free’ is a four-letter word. — JLG

The perspectives of the two Lévys

Maurice Levy, 66, is chairman and CEO of Publicis, n°3 advertising group in the world. His son, Alain Levy, 45, is the CEO of Weborama, one of the leaders of Internet analytics in Europe. Two generations, two different vantage points on the changing advertising market, confronted in this interview by Le Monde (full text in French below).

Here are their respective takes on various subjects:

On the ad sector in general. Maurice (Publicis): “Our response time [to the tech challenges] are way too long. We need to speed up. The inflexion point for our companies is now”.

On the shift in ad spending. Maurice: “Print and TV has far from dead. Today, they account for 92% in ad spending. In 2010, it will be 88% but the share of the Internet will have grown twofold”. Alain (Weborama): “OK, TV will remain dominant, but it will become digital and will eventually allow all what is currently done with the Internet — interaction, targeting…”

The difficulties of Print media Maurice: “The print media must take advantage of two assets: their brand and their ability to select, process the information”. Alain: “Yeah, but today the so-called digital natives have zero loyalty toward content brands”.

The strategies to implement Alain: “One of the key questions is the relationship the big players will have with different technologies. Should they own them?” (Background: Alain Levy is adamantly warning against the domination by Google as he said in the issue #27 of the Monday Note). Pragmatic as usual, Maurice has chosen his camp: “In the interest of its clients, Publicis has decided to make a deal with Google and to work with it”.

Family lunches must me animated between Maurice and Alain Levy.

—————————————————————————

Pub, médias, Internet : le grand chambardement

© LE MONDE | 21.06.08 | 15h07 • Mis à jour le 21.06.08 | 15h07

Maurice Lévy est président du groupe Publicis, Alain Lévy est président de StartUp Avenue et de Weborama. Les deux générations que la “numérisation” a rapprochés confrontent leurs analyses.

Maurice Lévy, comment la publicité et les médias vont-ils évoluer dans un monde où les innovations se succèdent à toute vitesse ?
Maurice Lévy : Face aux technologies nouvelles, nos temps de réponse sont trop longs. Il faut accélérer. Nos sociétés sont à un point d’inflexion. Songez au temps que passent les internautes à s’informer, à se documenter, à se former, à travailler, à se distraire et à établir des relations entre eux : tout cela prend le pas sur les autres moyens de communication. Cela modifie les comportements, les attentes. Par exemple, les gens pensent que l’information doit être gratuite, que la musique est une marchandise. Il y a quantité de services qu’ils n’acceptent plus de payer. La vitesse des changements est telle que les schémas anciens de communication sont périmés. L’idée de faire une grande campagne de publicité à la télévision, avec des relais dans d’autres médias, est un schéma qui appartient au pasVous, Alain Lévy, vous créez des technologies dont se servent les publicitaires sur Internet. De quoi s’agit-il ?

Alain Lévy : D’un ensemble de techniques de connaissance des comportements des internautes qu’on appelle les Web analytics. Mon entreprise, Weborama, conçoit des outils qui sont placés sur les sites pour compter leur nombre de visiteurs, et d’autres qu’on place sur le navigateur de l’internaute (des “cookies”), et qui analysent sa navigation. Pour les annonceurs, l’intérêt est grand. Quand une publicité s’affiche, on sait si l’internaute a cliqué dessus, si ensuite il a acheté, combien il a dépensé. Ce qui permet d’évaluer l’efficacité des campagnes.

M. L. : Ces nouvelles possibilités ne signifient pas que la télévision ou la presse sont caduques. Celles-ci ont encore leur place, et une place prépondérante puisque aujourd’hui, ce sont 92 % des investissements publicitaires qui vont dans ce domaine. Demain, en 2010, ce sera encore 88 %, mais entretemps la part du Web aura doublé.

A. L. : La télévision restera prépondérante, mais elle sera numérique. Cela veut dire que tout ce qu’on peut faire sur Internet, on pourra le faire avec la télévision. Des campagnes ciblées, interactives…

Et la presse écrite ?

M. L. : Je considère que la presse joue un rôle essentiel comme ferment de nos démocraties. L’essor du Net lui pose un problème parce qu’une partie de la publicité bascule vers ces nouveaux médias. La presse est plus lourde sur le plan publicitaire : les espaces sont figés. Il n’y a ni mouvement, ni son, ni musique. C’est donc un mode d’expression assez limité pour les annonceurs. Résultat, ils coupent le plus facilement les budgets des journaux.

La presse possède deux avantages, qu’elle exploite plus ou moins bien. Le premier, c’est une marque. Dans l’univers Internet, il est plus facile de s’orienter quand on connaît le nom du site, par exemple lemonde.fr. Le second avantage, c’est que la presse a une maîtrise de l’information : elle sait la sélectionner, la traiter, la hiérarchiser. Elle doit tirer parti de cet atout face au foisonnement des messages. Mais le temps presse, si j’ose dire.

A. L. : Au risque d’être politiquement incorrect, je crois que les carottes ne sont pas loin d’être cuites. La mutation des médias classiques vers le numérique prendra du temps, et, pour la recherche d’information, Google est en train de rafler la mise. Les générations dites “natives”, qui sont nées avec Internet, ont zéro fidélité envers des marques de contenu. En revanche, elles ont besoin d’avoir tout de suite ce qu’elles veulent, et pas beaucoup plus. C’est un devoir d’éducation de leur transmettre l’idée qu’on peut aller plus loin que l’info brute. Moi, quand je lis une information sur le Net, il m’arrive d’avoir un doute et de vérifier dans les journaux. Mais j’appartiens à la dernière génération qui a ce réflexe. Les suivantes seront celles du tout-numérique.

M. L. : Les marques de journaux qui sauront faire la mutation vers le Net sont celles qui vont gagner. C’est déjà ce qui se passe aux Etats-Unis. Le New York Times, le Wall Street Journal abandonnent de plus en plus les espaces payants pour profiter de la fréquentation de leurs sites, et valoriser leur audience. Cela me fait dire qu’il y a un avenir pour la presse, mais plus le même, et plus seulement sur papier.

Et pour le secteur de la publicité, quelle doit être la stratégie ?

A. L. : La vraie question est de savoir quelle relation les grands acteurs de l’Internet entretiennent avec la technologie : doivent-ils la posséder, maîtriser l’ensemble des outils, ou au contraire laisser des entreprises nouvelles se mesurer aux très grands ? Google, il faut lui reconnaître ce mérite, a inventé le modèle économique de l’Internet. C’est grâce à lui qu’une page vue égale des euros, alors qu’avant elle valait zéro. Mais nous sommes entrés dans une nouvelle ère depuis que la Commission européenne a autorisé le rachat par Google de DoubleClick, le leader mondial de la publicité en ligne. Sa prédominance devient sans partage…

M. L. : Google est imbattable sur la recherche des mots, le “search“. DoubleClick a la maîtrise des bannières. La conjonction des deux donne une force considérable. Publicis a donc jugé bon, dans l’intérêt de ses clients, de parvenir à un accord avec Google et de travailler avec lui.

A. L. : J’ai un point de vue différent. La puissance de Google est fondée sur une technologie très efficace, une capacité à accumuler et à analyser des données inégalée jusque-là. Cela lui donne les moyens d’acheter tout ce qui bouge. C’est une espèce de grande faucheuse qui attaque tous les acteurs, tous les médias : les télécoms, la publicité, la communication numérique au sens large. C’est ainsi que Google, le symbole de l’hyperconcurrence des marchés, finit par tuer toute concurrence.

Comment les métiers de la pub vont-ils évoluer avec les nouvelles technologies ?

M. L. : C’est le point essentiel. Quand on fait une campagne à la télévision ou dans la presse, on lance les ordres, on attend, et à la fin de la campagne, on mesure les effets et on ajuste le tir pour la vague d’après. Et on recommence le cycle de manière indéfinie…

A. L. : Désormais, on peut faire la même chose en temps réel. Dès qu’il y a un clic, il s’imprime sur l’écran. Pour un annonceur, cet outil est grisant : un clic, et le chiffre d’affaires s’implémente. On n’a pas besoin d’attendre le verdict des hommes de l’art. C’est là que mon père et moi avons un désaccord. Je pense qu’à terme les plus gros annonceurs vont vouloir maîtriser tout ce processus. Du coup, le métier de l’agence va se retrouver cantonné à l’aspect créatif, qui sera d’ailleurs très important puisque nous allons vers un modèle : une personne, un comportement, une “créa”. La technologie va s’en mêler, donc Google va entrer sur ce marché.

M. L. : C’est ignorer comment Google fonctionne. Son rendement vient du fait que tout est automatisé. Il met beaucoup d’ingénieurs, un déploiement d’intelligence considérable pour développer un outil. Mais, une fois que l’outil est au point, c’est terminé, il fonctionne avec très peu de main-d’oeuvre. Dans la communication, on met très peu de gens pour penser les outils, et on en met énormément pour penser les besoins spécifiques de chaque annonceur. Les deux modèles économiques sont à l’opposé l’un de l’autre.

Quelles sont les prochaines étapes de la “numérisation” généralisée ?

A. L. : On ne connaîtra pas seulement le consommateur à travers son ordinateur. On le suivra dans la vraie vie. C’est ce sur quoi travaille une autre société que j’ai aidée à démarrer, Majority Report. Elle fait la même chose que Weborama, mais dans la réalité : analyser les trajectoires, comprendre les comportements des clients sur le lieu de vente. Les technologies du Net vont rayonner dans notre univers, et pas seulement dans les médias. Par exemple, on pourra compter exactement le nombre de personnes dans une manifestation.

Ce tout-numérique, qu’implique-t-il pour notre société ?

A. L. : C’est une vraie question. Moi, comme utilisateur, que suis-je prêt à tolérer ? Que suis-je prêt à donner comme informations sur ma vie ? Le terme “tracking”, qui désigne le suivi statistique des comportements sur Internet, signifie “suivre à la trace”, c’est assez épouvantable. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), en France, veille à ça, mais elle a un peu de mal à appréhender tout ce qui se passe. Chez Weborama, en tout cas, nous veillons à n’avoir aucune donnée qui permette de relier notre analyse d’un comportement à un individu. Ce sera un enjeu majeur dans les années qui viennent. Le consommateur est de plus en plus conscient de l’exploitation des traces qu’il laisse. On touche à la liberté ?

M. L. : C’est vrai que nous entrons dans le monde de Big Brother, et qu’il existe des moyens d’établir une traçabilité des comportements. On peut savoir à partir des technologies du GPS où se trouvent les gens grâce à leur téléphone portable, on peut suivre leur voiture, savoir où ils vont, ce qu’ils achètent, ce que sont leurs échanges de communication. Nous sommes dans une société de communication qui peut mettre en danger les libertés publiques et la vie privée.

Sous l’aspect publicitaire, il y a un autre danger, qui est celui de l’intrusion. Par exemple, vous visitez un site automobile, le publicitaire peut intervenir et vous faire une offre plus intéressante. Chez Publicis, nous résistons à cela parce qu’il s’agit vraiment d’une intrusion. Nous pensons que les gens n’accepteront pas qu’on regarde ce qu’ils font par-dessus leur épaule.


Propos recueillis par Sophie Gherardi

Google — The case for buying Associated Press

Would it makes sense for Google to buy AP? Yes, says a contributor to Wired.Com. AP is a non-profit cooperative with 1500 members, many of them on the verge of extinction. (See the latest’s figures form the New York Times which is bleeding ad revenue at a yearly rate of 13%), or the terrible situation of Tribune Co.

Google, by comparison is in excellent health and needs content. In August 2006, it agreed to pay for AP stories appearing on Google News (except for Agence France Presse, everyone else is giving abstracts for free). Starting from this, buying such a news gathering capability would make sense. At least it is much cheaper and way more tangible than any social network.